Marguerite SITTHY

Marguerite SITTHY

Après une formation designer-bijoutier-joaillier, Marguerite Sitthy trouve au travers du bijou contemporain un formidable moyen d'expression. C'est ainsi que son imaginaire prend vie. Attirée par la diversité des matériaux et la technicité des métiers d'art, elle crée et façonne pièces uniques, petites séries, bijoux sur-mesure, notamment en argent massif et corozo (aussi appelé ivoire végétal ou tagua). Dans une forme épurée, ses créations sont souvent inspirées du monde végétal. Les motifs  (floraux, plantes, écorces...) sont révélés directement sur la matière par des techniques d'incrustation, de gravure ou d'empreinte.

Maison deta la Magie Robert-Houdin

Maison deta la Magie Robert-Houdin

Située face au Château royal de Blois dans une grande maison bourgeoise de 1856, la Maison de la magie est le seul musée public en Europe à présenter en un même lieu des collections de magie et un spectacle vivant permanent, différent chaque année. La maison de la magie vous conte dans cette grande maison du 19eme siècle l'histoire de la magie et de l'illusion, ainsi que la vie et l’œuvre du célèbre illusionniste blésois Jean-Eugène Robert-Houdin qui était également passionné d’horlogerie.

L'OBJET

L'OBJET

Une montre « squelette » avec mécanisme apparent, faisant référence à l’histoire horlogère de Blois et la passion de Robert Houdin pour ce savoir-faire. C’est une montre mécanique manuelle (et non à quartz) qui se remonte donc tous les jours. Chaque montre est unique et personnalisée (créée à partir de montres récupérées et restaurées)

Le boitier est couleur vieux bronze ou laiton vieilli pour garder l’aspect ancien. La platine, plaque sur laquelle le squelette est découpé, est ici en laiton jaune.
Le boîtier a un diamètre de 4cm. Mouvement de préférence : mécanique à remontage manuel HP40 On peut ajouter une chaîne en métal doré en option.

EN SAVOIR PLUS

EN SAVOIR PLUS

Technique et savoir-faire

Technique et savoir-faire

-Remplacement de pièces des montres récupérées, restauration.
-Nettoyage, huilage et graissage.
-Transformation en squelette et personnalisation, composition de l’ensemble (vectorisation de la signature).
-Découpe du squelette et ajourage.
Pour obtenir une montre squelette avec mouvement apparent, il fallait ajourer au moins 3 zones, pour laisser apparaître : le ressort (qui se resserre lorsqu’on remonte la montre), le balancier qui oscille et la roue d’échappement qui tourne.
-Gravure au laser.
-Reperçage de la platine à la main (comme en bijouterie).

Recherches documentaires

Recherches documentaires

Historiques : apparition de la montre de poche et de ses composants Techniques : fonctionnement des montres mécaniques, différents types de mouvement.

Lien avec la Thématique « Renaissance(s) »

Lien avec la Thématique « Renaissance(s) »

La montre devient un équipement courant à partir de la Renaissance (premières montres « portables sur soi » à partir de 1400.) La ville de Blois a été la capitale de l'horlogerie française pendant deux siècles, de Louis XII aux Médicis, engendrant de belles dynasties de maîtres horlogers. La cour royale installée au Château de Blois attirait les meilleurs artisans horlogers du royaume, auteurs de splendides horloges astronomiques ou de salon et de montres très précieuses pour les seigneurs et les princes.